Décembre 13 et 14: Nathan Gates à Dakar

Nathan Gates - 19 Dec

Les 13 et 14 décembre prochains l’artiste sud-africain Nathan Gates, Lauréat du prix Africa ArtBox 2017, sera à Dakar pour partager les fruits de sa résidence – laboratoire dans la capitale colombienne.

Après deux mois de travail, l’artiste sud-africain Nathan Gates, lauréat du concours Africa ArtBox, a conclu sa résidence de création dans la capitale colombienne, au siège de Plataforma Bogotá.
Cette résidence proposée à Nathan Gates comme prix du concours 2017, a été une expérience hybride qui a su jumelé un processus de création personnel et un laboratoire collectif, amenant à l’artiste à ouvrir son propre processus aux créateurs colombiens.

Le focus de cette expérience a été mis sur les possibles dialogues entre l’artiste et l’environnement d’accueil (la ville de Bogota) et le travail collaboratif et pluridisciplinaire avec d’autres créateurs, à partir de son projet personnel.

Pendant l’atelier, trois nouveaux projets ont été proposés par les participants. L’ensemble de ces projets ainsi que l’ouvre individuelle de Nathan Gates ont été présentés au siège de Plataforma-Bogota pendant le mois de juin 2018. L’exposition a été précédée d’un échange entre Nathan Gates et Maria Luisa Angulo, Directrice de TRIAS CULTURE, offrant ainsi l’occasion de partager avec le public l’expérience de ce prix africain et d’entamer un dialogue entre l’Afrique et l’Amérique Latine.

Au cours de cette interview, l’artiste sud-africain partage avec nous son expérience :

Peux-tu nous parler de l’expérience de cette résidence à Bogotá? Quelles sont tes conclusions après presque deux mois de travail?

Ce fut une expérience vraiment incroyable. J’ai eu la chance de vivre dans la ville pendant deux mois, ce qui m’a permis de comprendre la vie dans l’espace. J’ai rencontré des gens vraiment incroyables et j’ai tissé des relations durables avec eux.

Pour moi, je peux voir beaucoup de parallèles entre Bogotá et Johannesburg en ce qui concerne les pratiques artistiques et technologiques et le fonctionnement dans ces espaces. Aussi j’ai constaté des approches similaires que j’ai peut partager et des situations différentes dont j’ai peux apprendre.

Ce qui est important pour moi après cette expérience est de favoriser le dialogue et les relations qui ont été établies au cours de cette période et de voir où elles peuvent nous amener et nous faire grandir.

Comment ce laboratoire a été réalisé, quels ont été ses résultats?

Le laboratoire était basé sur la proposition que j’avais initialement faite pour ma candidature au prix Africa ArtBox et elle consistait en la création d’un dispositif électronique capable de nous aider à comprendre les dimensions matérielles d’Internet non visibles lors d’une utilisation quotidienne. 

Pour le laboratoire, j’ai pris cette idée et je l’ai retravaillé pour mieux l’adapter au travail de groupe, car un grand défi de l’atelier consistait à trouver un moyen de partager mon processus de réflexion avec les participants. Ainsi, l’outil de réflexion a fonctionné comme un moyen de permettre aux participants de s’engager physiquement avec le réseau en tant qu’entité matérielle qu’ils ont ensuite remixer et commencer à l’incorporer dans leurs propres intérêts de recherche.

Peux-tu nous parler de ton travail personnel créé en résidence?

Le premier appareil que j’ai mis en place était l’outil objet de réflexion. Cet appareil a servi à encadrer le processus et a été utilisé pour générer d’autres recherches dans cet espace. Cet objet se compose d’un routeur pour créer un réseau wifi portable. Sur ce réseau ouvert, un serveur Web est connecté à une série de capteurs qui capturent des informations physiques sur cet objet. Cette information – température, altitude, humidité, niveau d’éclairage, orientation dans l’espace – est ensuite utilisée pour affecter la page Web desservie par le serveur Web. Ainsi, les informations concernant la nature physique du réseau sont utilisées pour modifier l’expérience de navigation que ce réseau permet.

Cet appareil est un point de départ pour mieux comprendre la dimension physique des technologies plus généralement, qui sont minimisées en faveur d’une vision métaphoriquement au niveau de conception des systèmes technologiques, c’est-à-dire le Cloud. Le travail est positionné comme un outil de réflexion qui aide à discuter de la dimension physique de l’internet et du rôle qu’il joue dans la manière dont l’information est partagée et communiquée.

Le deuxième appareil sur lequel j’ai commencé à travailler est un prototype de Dongle USB. La possibilité d’accéder à Internet dans des situations informelles, comme dans un parc, dans un bus ou dans la salle de bain, peut faire croire que «Le numérique» est une expérience globale partagée par tous. Cet appareil sert de rappel de l’infrastructure physique d’Internet qui rend cette expérience «numérique» possible. L’appareil capture des informations sur les situations informelles dans lesquelles vous accédez au réseau, exploit rendu possible par des infrastructures matérielles étendues, et l’intègre dans la page Web que vous consultez.

Est-ce que travailler en parallèle avec un groupe d’artistes pendant le laboratoire a eu un impact sur ton œuvre créée en résidence?

Cela a certainement eu un impact sur mon travail au cours de cette période et je pense plus en termes de processus et moins sur le travail lui-même. Ce processus a été une bonne expérience d’apprentissage, mais aussi un défi dans la façon de partager mes méthodes de travail et mes intérêts avec les autres d’une manière productive pour eux. 

C’est la première fois que je dirige un laboratoire de ce genre dans lequel j’ai dû littéralement inclure d’autres dans le processus et cette expérience est quelque chose que je vais continuer, me concentrant sur la façon d’ouvrir ma pratique aux autres d’une manière qui leur permet d’engager la «connaissance» comme un processus d’enquête. La production de connaissances sous toutes ses formes a été importante pour ma pratique, mais Je pense que je pourrais approfondir cet aspect car il me semble que ce serait bénéfique pour mon processus.

Est-ce que cette expérience ouvre des perspectives pour ton développement professionnel?

Oui définitivement. Je sais que je voudrais continuer les conversations entamées au cours de cette période avec l’intention de créer de nouvelles relations, de développer ma pratique et de renforcer l’échange qui a commencé ici. Je pense que déterminer ce processus en soi est un bon début

Les 13 et 14 décembre prochains, Nathan Gates aura l’occasion de partager cette expérience en direct avec le public de Dakar.

Programme:

-> Jeudi 13 décembre à 19h à l’Institut Cervantes de Dakar
-> Vendredi 14 décembre à 15h à l’Institut Supérieur des Arts et des Cultures “ISAC” (IFAN)

Leave a comment