Avec Malick Faye Diagne

Formateur référent Projet UE/ACP 3D à IAM (Institut Africain de Management) de Dakar
interview_malick-diagne

Formé au Sénégal mais également à New York, Malick jouit d’une expérience impressionnante dans le milieu de la 2D/3D. Il a notamment travaillé en Inde au studio Paprikaas sur différents projets comme «How to train your Dragon» célèbre film de Dreamworks ou encore des publicités pour Nike.

Il a également été responsable graphique du Grand Théâtre National de Dakar et il a enseigné le Design Graphique à l’Université de Thiès et à Sup-Info Dakar.

Vous dirigez une formation spécialisée en animation 2D et 3D au sein de l’IAM. Pouvez-vous nous raconter de quoi s’agit-il?

Le programme de formation en art et technique d’animation est un cursus innovant au Sénégal et en Afrique, car préparant ces étudiants aux métiers complexes et techniques de la mise en scène en animation tant traditionnelle que digitale (c‘est à dire assistée par ordinateur). La formation comporte une part non négligeable en techniques graphiques (dessin académique/dessin d’animation) et techniques logicielles, ces différentes techniques permettent aux étudiants de pouvoir concevoir un  univers structuré et des personnages qui vivent des histoires à l’intérieur.

Quelle est l’origine du projet ?

La formation ACP3D logée au sein de l’école IAM Dakar forme aux arts et techniques d’animation 2d et 3d. Elle est née d’une volonté de l’Union Européenne et des ACP pour pousser les artistes et infographes d’Afrique à la création de contenus en animation (dessin animé) et permettre aux enfants africains de pouvoir visionner leur propre culture et de comprendre grâce au dessin animé leur univers si riche. Financé par les ACP en 2013 ce projet de formation est devenu maintenant une spécialité pérenne au sein du groupe IAM Dakar, répondant aux vœux des ACP pour que de jeunes africains continuent à se former aux métiers de l’animation.

Il s’agit d’une formation universitaire, certifié et intégré dans le cursus académique de l’IAM ?

Oui, la formation offre un DUT en Infographie (2 ans), Licence en Animation 2D/3D (3 ans), Certificat en Infographie (1 an/6 mois). La formation est certifiante.

Et La valeur ajoutée de L’IAM,

ISO : assurance qualité

CAMES : assurance qualité

AABS : qualité et prestige du réseau

AUF : qualité et recherche

GBSN : ouverture sur le monde

ECCH : Intelligence et benchmarking

Apprendre dans un centre d’excellence UEMOA

Comme cette formation est structurée : principales thématiques, la méthode, la durée,…?

La formation aux arts et techniques d’animation englobe tout un corpus de compétences dans des domaines divers et spécifiques. S’agissant d’une formation qui touche à la réalisation de films d’animation, il est essentiel que les étudiants comprennent les principes de base de la mise en scène, de la photographie, de l’écriture scénaristique, du montage, du son, comprendre l’histoire de l’art, de l’animation  et du cinéma. En dehors des compétences graphiques c’est-à-dire acquérir les techniques de dessin de  perspective, de figure humain, les 12 principes de l’animation, il y’a en outre dans la formation des logiciels 2D et 3D qui leur permettent de dessiner, de modéliser et de pouvoir rendre leurs animations en vidéos. La formation regroupe des professeurs de très grand talent, disponibles et déterminés à former la future génération de concepteurs d’animation ou de jeux vidéo. Une licence est disponible sur trois ans, un DUT en 2ans et un certificat en infographie pour une année.

 

De quel type de technologie et équipement disposez-vous ?

Nous travaillons avec le matériel traditionnel d’animation, c’est-à-dire les tables lumineuses et le banc titre pour capturer ou scanner le dessin, aussi les étudiants sont pourvus de tablettes graphiques qui avec leur stylet à pression leur permettent de dessiner ou de peindre directement dans le logiciel. Les machines  que nous utilisons pour le rendu sont des serveurs HP  équipés de processeurs Xeon qui permettent de rendre rapidement les animations 3d.

Combien d’étudiants y participent ? 

Nous accueillons chaque année une dizaine d’étudiants, il y’a déjà eu une première promotion composée de 8 nationalités différentes venant d’Afrique.

Quelles possibilités suite à la formation offre le marché du travail aux étudiants? 

Si nous regardons la première promotion, ils se sont tous insérés dans la vie professionnelle, tant au Sénégal, qu’en Afrique. L’un est devenu Directeur artistique à la RTS 2, un autre travaille à Chouett Prod comme concepteur, un travail comme infographiste  dans  un studio MC CANN à Bamako, d’autres occupent des postes dans la cinématographie des Comores…

Les débouchés sont très nombreux et disparates, nous pouvons dire que tous les métiers qui touchent à l’image est une possibilité de travail pour les diplômés.

Quelles sont les opportunités et les contraintes que vous trouvez pour les élèves et pour le programme même?

Le programme a besoin il est vrai de plus de visibilité, que les jeunes talents du Sénégal et d’Afrique nous connaissent davantage et qu’ils viennent ici pour se former à ces métiers innovants et aux résultats fantastiques.

Leave a comment